Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Haïti dans le monde

"Fille d’Haïti" de Marie Vieux-Chauvet par Mélanie Fortin



"Fille d’Haïti" de Marie Vieux-Chauvet par Mélanie Fortin
Après la réédition française de Danse sur le volcan et d’Amour, Colère et Folie (1968),  Roger Tavernier nous propose de (re)découvrir le premier roman de Marie Vieux-Chauvet, Fille d’Haïti (1954), indisponible dans nos librairies depuis cinquante ans.

Marie Vieux-Chauvet est cette écrivaine haïtienne, mulâtresse, issue de la bourgeoisie, féministe cultivée et femme engagée. Elle est rendue célèbre par Amour, Colère et Folie sa trilogie culte qui, sur un fond de tumultes amoureux, dénonce de façon sous-jacente la dictature de Duvalier et explore les fractures sociales, politiques et raciales des années soixante en Haïti. La parution de ce roman la contraindra à l’exil à New York et le roman sera retiré du circuit de distribution, des menaces pesant sur sa famille.

Fille d’Haïti est son premier cri, un prélude à son œuvre majeure. Un premier roman écrit durant une période de relative instabilité politique et de tensions sociales paroxystiques entre noirs et mulâtres en Haïti.
L’auteure présente ici une héroïne, Lotus, mulâtresse à « la peau pâle de Syrienne », petite bourgeoise, enfant unique qui mène une existence confortable grâce au legs de sa mère, une prostituée de Port-au-Prince qui se suicide durant l’enfance de sa fille.
Lotus grandit auprès de sa bonne et mène une existence relativement solitaire écartée par ses camarades parce qu’étant entre autre pitite bouzin[1] et considérée comme n’étant pas assez riche par les familles mulâtres qui l’entourent. Elle vit dans un pays divisé par la lutte des classes entre pauvres et riches, entre noirs et mulâtres. Les tensions sociales, politiques et identitaires sont présentes dès l’enfance et poussent, très tôt, la jeune fille à la rébellion et à affirmer ses engagements et ses valeurs. La haine profonde qu’elle voue à sa mère et aux hommes, ses « pires ennemis », conditionne son rapport à l’autre jusqu’à sa rencontre avec Georges, son premier amour. Georges Caprou est un journaliste au « teint de prince hindou » dit-elle, connu pour ses opinions politiques dissidentes et ses positions en faveur du peuple.
Cette passion amoureuse entre les deux amants va éveiller et conscientiser politiquement Lotus qui va, dès lors, s’engager pour un idéal commun qui l’entraînera de réunions politiques clandestines aux planques pour fugitifs, de trahisons en déceptions …

Le combat de Lotus ne sera pas qu’une affaire politique, la jeune femme étant traversée par des crises de démences que l’on attribue au vêvê[2] dessiné sur les cloisons de sa chambre. Lotus devra mener un long cheminement vers son Moi, un combat avec et contre elle-même, contre ses démons qui la consument et partir à la recherche d’une guérison personnelle. Cette recherche de quiétude sera notamment rendue possible grâce à Charles, son ami, l’homme sage.

Les relations complexes qui unissent Gertrude, la seconde bonne, et Lotus seront à l’image des tensions qui animent le pays, oscillant entre l’envie, la haine, l’incompréhension …
Marie Vieux-Chauvet dresse ici le portrait d’une femme poto mitan qui sur fond d’engagement amoureux va être en lutte constante et partir à la découverte d’elle-même, à la découverte de ses semblables et va contribuer à l’émergence d’idées nouvelles et même d’une révolution …

Un premier roman au style fluide, au ton déjà résolument engagé, une introspection dans la vie d’une jeune mulâtresse haïtienne qui s’interroge et interroge le monde sur ce qui nous constitue, nous rassemble et nous divise en tant qu’être. Un roman presque comme une vision… Fille d’Haïti est ce requiem, ce long processus de réconciliation avec soi, avec son hérédité, avec l’amour, avec l’Autre…

Mélanie Fortin
 
Fille d’Haïti, Marie Vieux-Chauvet, Editions Zellige, 2014, 287p.
 
(1) Cf. Fille d’Haïti, Zellige, 2014. p 11, Trad., Fille de putain.
(2) Ibid, nbp 43, « dessin symbolisant les « loas » ou divinités pendant les cérémonies vaudou. Chaque dieu vaudou a son vêvê. »

Jeudi 26 Février 2015
Admin C2I
Lu 1005 fois


Catalogue des films / Film Catalog

Editeur et distributeur de DVD indépendant, le Collectif 2004 Images est spécialisé dans la production documentaire haïtienne et présente des films d'auteurs inédits, qu'il diffuse auprès du grand public, des festivals de films et dans le réseau des médiathèques et universités. Il intègre également à son catalogue des oeuvres de réalisateurs étrangers, qui portent un regard singulier sur Haïti. Pour connaître les droits de diffusion et d'acquisition, n'hésitez pas à nous contacter info@collectif2004images.org


Independant film publisher and distributor, the Collectif 2004 Images, is specialized on Haitian documentary ; it's large catalog of films includes those made by Haitian authors as well as foreign filmakers baring a singular view on Haiti. Most of our films are available for the general consumer and institutions. Please, check with us for the rights info@collectif2004images.org



Claudia Brutus, plasticienne
L' "Ode à la Mémoire" de Ronald Mevs
Sébastien Jean
Eddy Saint-Martin, plasticien
Manuel Mathieu
20 artistes pour haïti
Chantal Regnault
Marie-Louise Fouchard
 	Le Collectif 2004 Images, présent à la 5ème Journée des associations franco-haïtiennes - le 28 juin 2008
Charles Carrié
Exposition: "Femmes en mythologie, mythologie de femmes" et portraits d'artistes
Seisme du 12 janvier 2010: Des oeuvres à partir des débris...
Recherche



Inscription à la newsletter

Les News


L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Partager ce site