Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Haïti dans le monde

29 juillet 2015> Sortie cinéma de PORT-AU-PRINCE, DIMANCHE 4 JANVIER de François Marthouret - France



4 janvier 2004, Haïti. Célébration du bicentenaire de la déclaration d'indépendance. Depuis des mois, des manifestations étudiantes et populaires protestent contre la dictature du "Prophète", le président Aristide. Tout oppose Lucien, étudiant en philosophie convaincu du succès de la manifestation vers la démocratie, à son jeune frère Little Joe, voyou recruté par les Chimères pour réprimer la marche des étudiants. Ce jour va sceller le destin des deux frères. Découvrez le film sur les écrans français dès le 29 juillet.

Télécharger le dossier de presse ci-dessous...

Lire l'article d'Olivier Barlet Port-au-Prince, dimanche 4 janvier, de François Marthouret - Les vibrants silences d'Haïti
 
Deux frères aux choix opposés, pour une vision contrastée d'Haïti à une époque cruciale : le Bicentenaire en 2004, peu avant le départ d'Aristide. Lucien est vertueux, philosophe avocat en puissance ; Ezéchiel (surnommé Little Joe) est un brigand, enferré dans les magouilles. Le revolver contre Spinoza. La dualité simplificatrice menace, mais courageusement, le film la surmonte. Un insert de départ, issu d'une note liminaire du roman Bicentenaire de Lyonel Trouillot dont il est adapté, prévient en effet : "Tout ici ne renvoie qu'à l'incommunicable, au silence que cachent le bruit et la fureur". Le mot "incommunicable" n'a pas été repris à l'écran, sans doute pour faciliter la lecture, mais il est essentiel car c'est bien cela le problème d'un film qui veut témoigner des révoltes haïtiennes : comment faire sentir ce que cachent le bruit et la fureur ? On retrouvera en écho durant le film cette voix du narrateur qui dans le roman prend tant d'importance : "A l'intérieur de chacune de ces personnes vivent des cris, mais il y a aussi un monde de silence et nul n'entend le silence de l'autre". L'enjeu sera ainsi de rendre en images à la fois cette voix et ce silence, c'est-à-dire à faire le contraire d'un discours.

De fait, chacun est terriblement seul dans Port-au-Prince, dimanche 4 janvier, une solitude naviguant entre lassitude et survie alors que, pourtant, le collectif des résistants se fonde dans la préparation et les développements d'une nouvelle manifestation devant le Palais national pour réclamer dignité et liberté. Les étudiants débattent de la non-violence face à la répression. Un manifestant empêchera un autre de lancer une pierre sur la police qui n'attend que ça pour les charger, avant que tout ne s'enflamme. La beauté de toute révolution est le courage de chacun : tout Haïtien conscient de l'Histoire de sa terre sait que cela passera par des sacrifices. Qui est prêt à risquer sa vie ? Comme le dit la mère aveugle des deux frères : "C'est dans la chair qu'il faut faire mal, c'est dans la chair que le monde change". C'est un surgissement des courages que filme Marthouret, mêlant habilement des images d'archives de Port-au-Prince à des scènes tournées à Pointe-à-Pitre. Le temps quasi documentaire consacré aux émeutes est à l'aune du premier degré que le film emprunte au roman lorsqu'il rappelle les croûtes de misère de Port-au-Prince, non pour les esthétiser mais pour leur donner une voix. Si François Marthouret, acteur immense à la filmographie impressionnante, a convaincu Lyonel Trouillot qu'il pouvait le faire, c'est que son projet était de partir du réel haïtien, avec des acteurs haïtiens, sans chercher à le transformer. - See more at: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=13065#sthash.Hg9fOce2.dpuf
 
Deux frères aux choix opposés, pour une vision contrastée d'Haïti à une époque cruciale : le Bicentenaire en 2004, peu avant le départ d'Aristide. Lucien est vertueux, philosophe avocat en puissance ; Ezéchiel (surnommé Little Joe) est un brigand, enferré dans les magouilles. Le revolver contre Spinoza. La dualité simplificatrice menace, mais courageusement, le film la surmonte. Un insert de départ, issu d'une note liminaire du roman Bicentenaire de Lyonel Trouillot dont il est adapté, prévient en effet : "Tout ici ne renvoie qu'à l'incommunicable, au silence que cachent le bruit et la fureur". Le mot "incommunicable" n'a pas été repris à l'écran, sans doute pour faciliter la lecture, mais il est essentiel car c'est bien cela le problème d'un film qui veut témoigner des révoltes haïtiennes : comment faire sentir ce que cachent le bruit et la fureur ? On retrouvera en écho durant le film cette voix du narrateur qui dans le roman prend tant d'importance : "A l'intérieur de chacune de ces personnes vivent des cris, mais il y a aussi un monde de silence et nul n'entend le silence de l'autre". L'enjeu sera ainsi de rendre en images à la fois cette voix et ce silence, c'est-à-dire à faire le contraire d'un discours.

De fait, chacun est terriblement seul dans Port-au-Prince, dimanche 4 janvier, une solitude naviguant entre lassitude et survie alors que, pourtant, le collectif des résistants se fonde dans la préparation et les développements d'une nouvelle manifestation devant le Palais national pour réclamer dignité et liberté. Les étudiants débattent de la non-violence face à la répression. Un manifestant empêchera un autre de lancer une pierre sur la police qui n'attend que ça pour les charger, avant que tout ne s'enflamme. La beauté de toute révolution est le courage de chacun : tout Haïtien conscient de l'Histoire de sa terre sait que cela passera par des sacrifices. Qui est prêt à risquer sa vie ? Comme le dit la mère aveugle des deux frères : "C'est dans la chair qu'il faut faire mal, c'est dans la chair que le monde change". C'est un surgissement des courages que filme Marthouret, mêlant habilement des images d'archives de Port-au-Prince à des scènes tournées à Pointe-à-Pitre. Le temps quasi documentaire consacré aux émeutes est à l'aune du premier degré que le film emprunte au roman lorsqu'il rappelle les croûtes de misère de Port-au-Prince, non pour les esthétiser mais pour leur donner une voix. Si François Marthouret, acteur immense à la filmographie impressionnante, a convaincu Lyonel Trouillot qu'il pouvait le faire, c'est que son projet était de partir du réel haïtien, avec des acteurs haïtiens, sans chercher à le transformer. - See more at: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=13065#sthash.Hg9fOce2.dpuf
Deux frères aux choix opposés, pour une vision contrastée d'Haïti à une époque cruciale : le Bicentenaire en 2004, peu avant le départ d'Aristide. Lucien est vertueux, philosophe avocat en puissance ; Ezéchiel (surnommé Little Joe) est un brigand, enferré dans les magouilles. Le revolver contre Spinoza. La dualité simplificatrice menace, mais courageusement, le film la surmonte. Un insert de départ, issu d'une note liminaire du roman Bicentenaire de Lyonel Trouillot dont il est adapté, prévient en effet : "Tout ici ne renvoie qu'à l'incommunicable, au silence que cachent le bruit et la fureur". Le mot "incommunicable" n'a pas été repris à l'écran, sans doute pour faciliter la lecture, mais il est essentiel car c'est bien cela le problème d'un film qui veut témoigner des révoltes haïtiennes : comment faire sentir ce que cachent le bruit et la fureur ? On retrouvera en écho durant le film cette voix du narrateur qui dans le roman prend tant d'importance : "A l'intérieur de chacune de ces personnes vivent des cris, mais il y a aussi un monde de silence et nul n'entend le silence de l'autre". L'enjeu sera ainsi de rendre en images à la fois cette voix et ce silence, c'est-à-dire à faire le contraire d'un discours.

De fait, chacun est terriblement seul dans Port-au-Prince, dimanche 4 janvier, une solitude naviguant entre lassitude et survie alors que, pourtant, le collectif des résistants se fonde dans la préparation et les développements d'une nouvelle manifestation devant le Palais national pour réclamer dignité et liberté. Les étudiants débattent de la non-violence face à la répression. Un manifestant empêchera un autre de lancer une pierre sur la police qui n'attend que ça pour les charger, avant que tout ne s'enflamme. La beauté de toute révolution est le courage de chacun : tout Haïtien conscient de l'Histoire de sa terre sait que cela passera par des sacrifices. Qui est prêt à risquer sa vie ? Comme le dit la mère aveugle des deux frères : "C'est dans la chair qu'il faut faire mal, c'est dans la chair que le monde change". C'est un surgissement des courages que filme Marthouret, mêlant habilement des images d'archives de Port-au-Prince à des scènes tournées à Pointe-à-Pitre. Le temps quasi documentaire consacré aux émeutes est à l'aune du premier degré que le film emprunte au roman lorsqu'il rappelle les croûtes de misère de Port-au-Prince, non pour les esthétiser mais pour leur donner une voix. Si François Marthouret, acteur immense à la filmographie impressionnante, a convaincu Lyonel Trouillot qu'il pouvait le faire, c'est que son projet était de partir du réel haïtien, avec des acteurs haïtiens, sans chercher à le transformer. - See more at: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=13065#sthash.Hg9fOce2.dpuf

Jeudi 23 Juillet 2015
Admin C2I
Lu 294 fois


Catalogue des films / Film Catalog

Editeur et distributeur de DVD indépendant, le Collectif 2004 Images est spécialisé dans la production documentaire haïtienne et présente des films d'auteurs inédits, qu'il diffuse auprès du grand public, des festivals de films et dans le réseau des médiathèques et universités. Il intègre également à son catalogue des oeuvres de réalisateurs étrangers, qui portent un regard singulier sur Haïti. Pour connaître les droits de diffusion et d'acquisition, n'hésitez pas à nous contacter info@collectif2004images.org


Independant film publisher and distributor, the Collectif 2004 Images, is specialized on Haitian documentary ; it's large catalog of films includes those made by Haitian authors as well as foreign filmakers baring a singular view on Haiti. Most of our films are available for the general consumer and institutions. Please, check with us for the rights info@collectif2004images.org



Claudia Brutus, plasticienne
L' "Ode à la Mémoire" de Ronald Mevs
Sébastien Jean
Eddy Saint-Martin, plasticien
Manuel Mathieu
20 artistes pour haïti
Chantal Regnault
Marie-Louise Fouchard
 	Le Collectif 2004 Images, présent à la 5ème Journée des associations franco-haïtiennes - le 28 juin 2008
Charles Carrié
Exposition: "Femmes en mythologie, mythologie de femmes" et portraits d'artistes
Seisme du 12 janvier 2010: Des oeuvres à partir des débris...
Recherche



Inscription à la newsletter

Les News


L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Partager ce site