Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Haïti dans le monde

Parution de Haïti, le désastre et les rêves aux éditions Riveneuve Continents



Parution de Haïti, le désastre et les rêves aux éditions Riveneuve Continents

Comment naît un peuple ? Mystère !
A de certains moments, tout bruit
A disparu ; toute la terre
Semble une plaine de la nuit ;
Toute lueur s’est éclipsée ;
Pas de verbe, pas de pensée,
Rien dans l’ombre et rien dans le ciel,
Pas un œil n’ouvre ses paupières…

Victor Hugo, les Contemplations, au bord de l’infini (XXIII, 9)


Haïti pose problème. Impensable au moment de sa naissance qui confronte les Lumières à leurs propres limites. Modernité de fait du seul Etat criant victoire sur le système colonial esclavagiste, s’inscrivant d’entrée dans le débordement, la marge. Quel est le poids de cette solitude native sur le langage, l’organisation sociale ? Avec quels mots dire soi et l’autre quand nul ne vous accorde le statut de « prochain » ? A quels doutes, impasses, chemins et cohérences conduisent cette solitude native et son prolongement dans la durée ?

L’Histoire donc. Celle, sociale et politique, des structures et des pratiques. Celle, formelle, des arts en général et de la littérature en particulier qui demeure le lieu où ça parle et ne parle pas, où se dit l’indicible, où l’impensé se pense enfin avec la force et la faiblesse du trope, du mythe, de l’inconscient entre le je et le collectif.

Récemment - le 12 janvier 2010 -, le tremblement de terre est venu renouveler l’aventure épisodique du désastre naturel, mais rappeler aussi la part de l’homme dans le malheur dont la nature est l’occasion, et par contrecoup que l’homme tout seul est aussi capable de plus grands désastres encore et d’une horreur à en couper les langues. La littérature du monde est pleine de ce partage entre bruit et silence : à partir d’Haïti, et autour, Riveneuve Continents a proposé aux écrivains de reprendre et de continuer cette élucidation sur la légitimité de la littérature, sous l‘angle de la confrontation entre l’auteur et l’indicible, comme expérience des limites.

Mais l’interpellation ne se limite pas à la seule science (humaine) de la littérature. Elle concerne tous les corps de langage, tous les métiers de l’intelligence : au-delà de la simple information, aujourd’hui saturée et brouillée ; au-delà de l’explication technocratique et de la gestualité charitable ; au-delà du rite émotionnel (prière, élégie ou incantation) ou du simple récit, à quelle distance salutaire se tenir et de quoi s’éloigner, autant pour les Haïtiens que pour les non Haïtiens, pour penser, comprendre, dire, réparer, transformer ?

Le travail de l’écrivain et du chercheur est confronté à ses propres limites par le désastre. Non qu’il s’agisse de confondre la réalité d’une quelconque communauté avec son champ de ruine : mais, bien plutôt, agir et penser dans l’accompagnement du vivant en sa difficulté. A partir du petit corps d’Haïti, croiser des ensembles plus vastes mais non moins problématiques : la littérature, la Caraïbe, l’Occident, la mondialisation, la diversité culturelle, les catastrophes et le langage, avec la vie de tous les jours. Fouillant, farfouillant, bafouillant, extraire devant tout cela et de tout cela un que dire et un que faire. La tentation d’un dire qui ne soit pas redite, mais une plongée sans peur dans l’élaboration d’outils de langage et de façons de faire. N’est-ce pas cela vivre que faire et défaire, et se refaire ?

De manière fragmentée, dans la rencontre libre de différents genres et disciplines, entre savoir et poésie, le défi que ce numéro a lancé à ses collaborateurs, c’était de mettre un paysage sur l’informe. Parfois la main s’arrête d’écrire pour se tendre, et saluer simplement, nommer l’ami ou lever le silence : cela suffit alors.


Alain Sancerni – Lyonel Trouillot

au sommaire de ce numéro

Dominique Batraville, Robert Berrouët-Oriol, Chantal Boedts, Eric Brogniet, Sylvestre Clancier, Daniel Delas, Jean Durosier Desrivières, Nathalie Eoke, Franketienne, Julia Gaffield, Robert Giroux, Bernard Hadjadj, Héléna Hugot, Gary Klang, Antoine Kongolo, Jérôme Lebaud, Michel Maffesoli, Lionel Manga, François-Pierre Nizery, Alain Sancerni, Eric Sarner, Lenous Suprice, Lyonel Trouillot, Yves Wellens

librecours

Sony Labou Tansi, Emile Ollivier, Anthony Phelps, Henry Saint-Fleur, Daniel Fano, Fulvio Caccia

Haïti, le désastre et les rêves - éditions Riveneuve Continents - 20 €

Jeudi 19 Mai 2011
Admin C2I
Lu 1624 fois


Catalogue des films / Film Catalog

Editeur et distributeur de DVD indépendant, le Collectif 2004 Images est spécialisé dans la production documentaire haïtienne et présente des films d'auteurs inédits, qu'il diffuse auprès du grand public, des festivals de films et dans le réseau des médiathèques et universités. Il intègre également à son catalogue des oeuvres de réalisateurs étrangers, qui portent un regard singulier sur Haïti. Pour connaître les droits de diffusion et d'acquisition, n'hésitez pas à nous contacter info@collectif2004images.org


Independant film publisher and distributor, the Collectif 2004 Images, is specialized on Haitian documentary ; it's large catalog of films includes those made by Haitian authors as well as foreign filmakers baring a singular view on Haiti. Most of our films are available for the general consumer and institutions. Please, check with us for the rights info@collectif2004images.org



Claudia Brutus, plasticienne
L' "Ode à la Mémoire" de Ronald Mevs
Sébastien Jean
Eddy Saint-Martin, plasticien
Manuel Mathieu
20 artistes pour haïti
Chantal Regnault
Marie-Louise Fouchard
 	Le Collectif 2004 Images, présent à la 5ème Journée des associations franco-haïtiennes - le 28 juin 2008
Charles Carrié
Exposition: "Femmes en mythologie, mythologie de femmes" et portraits d'artistes
Seisme du 12 janvier 2010: Des oeuvres à partir des débris...
Recherche



Inscription à la newsletter



L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Partager ce site