Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Haïti dans le monde

Nouvelle édition de La Reine des Poissons de Mimi Barthélemy




POURQUOI JE RACONTE LA REINE DES POISSONS

PAR MIMI BARTHELEMY

La reine des poissons est un des rares contes qui me reste de mon enfance. J’ai en mémoire, encore aujourd’hui, l’image à la fois angoissante et émouvante du pêcheur qui, attiré par la reine des poissons, coule au fond de la mer pour la rejoindre. Je sais que la conteuse chantait, à ce moment-là, avec sa voix-conte forcément aigue, mais je n’ ai plus souvenir de la mélodie; il me reste seulement  un sentiment de ravissement et un petit pincement au cœur.

Je me souviens que nous écoutions ce conte assis sur le bord de l’énorme bassin qui surplombait la propriété. Ce bassin, était un colossal réservoir à l’air libre qui alimentait des canaux débouchant eux-mêmes sur une succession de bassins ronds  reliés à d’autres canaux, selon l’architecture typique d’un jardin colonial.

La maison était aussi de style colonial, avec ses galeries en bois qui entouraient le corps trapu de la bâtisse en dur. Notre grand-père maternel, le président Borno, qui possédait des terres à perte de vue sur le Morne Borno au lieu-dit Tête de l’eau,  au haut de Pétionville, avait offert cette ancienne habitation coloniale à notre mère pour qu’elle soit proche de lui et de notre grand-mère.

 Notre propriété était séparée du domaine de mon grand père par un ravin que l’on appelait la ravine de la ciguave. La ciguave est une divinité d’eau douce.  Ailleurs, on l’appelle Simbi. C’est un personnage mythique que nous avons hérité des amérindiens taïno. Lorsque la ciguave chantait, sa voix nous plongeait dans la stupeur... C’est à la campagne, à la Tête de l’eau, entre la ravine de la ciguave et le bassin colonial, que j’ai écouté conter la mer et  la reine des poissons.

J’ai toujours connu la mer : je suis née à Port-au-Prince, à deux pas du bord de mer. Ma mère m’a donné mon premier bain de mer à mes premiers mois sur terre. Mon père, pour nous rafraîchir et pour se reposer de ses longues journées de travail,  nous faisait faire de longues balade en voiture au bord de la mer. J’ai toujours respecté la mer et je l’ai  toujours crainte, car je suis obsédée par l’idée d’être avalée  par une baleine, même si, alors que j’étais encore toute petite, je chantais : « La sirène, la baleine, chapo m tonbe nan lan mè ».

J’ignorais, à l’époque, que la sirène, cette séductrice à queue de poisson, aux longs cheveux et à la voix enchanteresse, qui attire les pêcheurs pour les faire périr, est un héritage de l’Occident. J’ignorais que la sirène et la baleine sont aussi des personnages mythiques afro-caribéens que célèbre le vodou. J’ignorais également que les baleines viennent accoucher en bandes, fin janvier, à l’est de notre île dans la baie de Samana, et ce depuis le temps des premiers habitants de l’île;

Malgré mon ignorance, j’étais déjà porteuse de  notre métissage culturel : la mer m’enseignait subtilement notre histoire, celle  de nos ancêtres Bois d’Ebène, transportés depuis l’Afrique jusqu’en terres d’Amérique à travers l’Océan Atlantique.  En chantant innocemment « la siren, la balèn », je célébrais à la fois ce merveilleux métissage culturel, notre terrible histoire et notre truculent bassin tropical, bondé de baleines, de dauphins et de lamantins, avec leur voix enchanteresse.
 
Nombreuses sont les traditions orales du monde qui, dans le monde entier, évoquent la reine des poissons. En Haïti, au sein du vodou, les divinités d’eau douce ou de la mer sont également nombreuses. La tradition veut que les prêtres et les prêtresses vodou soient initiés sous l’eau et c’est sous l’eau que se fait le retour vers la terre-mère, l’Afrique Guinée, après la mort. Si on se restreint à ne parler que des divinités de la mer on peut citer, par ordre d’importance :  Maître Agwe tarroyo, Maîtresse la Sirène, Vierge Caridad, Clémézine. EIles ont en général la peau clair et les yeux bleus ou verts, couleur de mer. La reine des poissons tient à la fois de la sirène mi-humaine, mi-poisson, et d’Erzulie, lwa rada de l’eau. Comme la sirène, Erzulie a l’aspect d’une mulâtresse aux longs cheveux.

Lorsque je suis devenue conteuse j’ai trouvé une version de la reine des poissons, écrite par   Philippe Thoby Marcelin et Pierre Marcelin dans un recueil de Contes et Légendes d’Haïti publié chez Nathan en 1967 sur laquelle j’ai travaillé.  Je publierai une première version de ce conte sous le titre  La Femme Thazar, que je reprendrai en 2004 dans un recueil de contes d’Haïti publié chez Slatkine, Haïti Conté. Le thazar est un poisson fort apprécié en Haïti et curieusement, il existe sous ce même nom en Bretagne, comme me l’a fait remarqué mon ami conteur Lucien Gourong.
Je n’étais pas consciente, à l’époque, qu’il s’agissait là d’un récit mythologique, fondateur de la Caraïbe. Pour moi, c’était juste un merveilleux récit.

Peu après avoir écrit et raconté La Reine des Poissons, j’ai fait l’acquisition d’un « fer découpé » réalisé par l’artiste « boss métal » Liautaud,  représentant la reine des poissons. Je l’ai accroché dans ma cour, à Paris. C’est lui que l’on voit en premier lorsqu’on entre chez nous, dans le quartier de la Goutte d’Or, où j’ai récréé avec mon mari notre terre lointaine.

En vérité, cette reine des poissons est étroitement liée à Erzulie, la déesse vodou de l’amour a qui le pélérinage de Saut d’Eau est consacré. En Haïti, le 16 juillet, fête de Notre dame du Carmel, est consacré à Erzulie. Ce jour-là dans le village de Saut d’Eau, des milliers de pèlerins, habillés avec les couleurs d’Erzulie, affluent. Ils lui apportent en offrande du champagne, des mets recherchés comme le riz et le poulet, du savon et des parfums. Les pèlerins prennent un « bain de chance » sous la cascade de Saut d’eau, pour acquérir pouvoir spirituel et protection contre les ennemis. En dehors de la fête annuelle, le bain de chance peut se prendre chez soi, dans les temples ou dans les rivières. Car le domaine d’Erzulie, c’est l’eau.

Sa couleur est le rose. On le retrouve sur son étendard avec un cœur, dans son “vèvè”, le dessin rituel qu’exécutent les prêtres et prêtresses du vodou. Ses arbres sont le cirouellier et le laurier rose. Déesse de l’amour et de la sensualité, elle porte des bijoux et aime se parfumer. Elle mène une vie scandaleuse, elle est jalouse et d’humeur variable. Ceux qui contractent le mariage mystique avec elle ont intérêt à lui rester fidèle, pour s’assurer de sa protection et pour éviter ses colères. Car Erzulie peut se manifester sous différentes figures : Erzulie Freda Dahomey, Erzulie Yeux rouges, Erzulie Dantor, dont la sensualité peut être plus ou moins féroce.
Le synchrétisme du vodou et du catholicisme identifie Erzulie à la Vierge Marie.

La Reine des poissons a eu beaucoup de succès et m’a permis de remporter le Becker d’Or de la Francophonie d’Acteur en 1989. J’en ai fait mon logo durant plusieurs années, à partir du fer découpé suspendu dans ma cour.  Le temps à passé, et même lorsque j’ai cessé de la conter, elle, la reine des poissons, m’est toujours restée collée à la peau. Je vis en France, grâce à elle, dans mes eaux territoriales.

En rééditant la Reine des Poissons, qu’elle a enregistrée en 1989 et publiée une première fois avec les peintures sur soie de Cléméntine Barthélémy, Lise Bourquin Mercadé a le souci de faire mieux connaître l’étendue et la profondeur de notre culture, en chassant tout exotisme de son propos : c’est avec tout mon cœur que je me suis efforcée d’y contribuer avec ce texte.
 
Mimi Barthélemy

Nouvelle édition  de La Reine des Poissons de Mimi Barthélemy
La reine des poisson, racontée et chantée par Mimi Barthélémy, avec la participation de Coralie Barthélemy (chant), Serge Tamas (guitare) et Carlos Schneider (saxophone).

C’était au temps où la mer regorgeait de poissons autour de l’île. Pourtant, le pêcheur Lormilis ne pêchait pas assez de poissons pour nourrir sa famille... Jusqu’au jour où il rencontra la reine des poissons. Quelle n’est pas sa surprise lorsque, à peine nés, les deux jumeaux que sa femme met au monde après l’avoir obligé à tuer la reine des poissons pour la manger, prennent la route avec leurs chiens, leurs machettes et leurs bouteilles d’eau « réveillante ressusciter les morts secourir les vivants » ! Pour quelles aventures ? Pour quels exploits ?

A écouter en famille, dès 4 ans, ce grand classique de Mimi Barthélémy, dans lequel la conteuse conjugue avec bonheur la mythologie subtile et métissée de la Caraïbe avec les aventures rocambolesques de ses héros. Les peintures sur soie énergiques et vives de Clémentine Barthélemy accentuent le caractère picaresque du récit.

Pour tous, dès 4 ans

KANJIL ÉDITEUR
Informations et Services de Presse :
Lise Bourquin Mercadé, éditeur kanjil@wanadoo.fr, Tél. 01 44 27 01 04
Nouveau titre, octobre 2010 (disponible le 15 10 2010)
Livre CD
ISBN 978-2-916046-09-9 / EAN 9782916046099 Prix public 25,90 € CD offert avec le livre.
Distribution DAUDIN

Titre LA REINE DES POISSONS
Sous-titre Conte d’Haïti
Auteur Mimi BARTHÉLÉMY,  
Peintures Clémentine BARTHÉLEMY
Postface Gérard BARTHÉLEMY
Traduction créole Reynold Henrys : LARENN PWASON

Livre : 48 pages 280 x 210 mm, couverture cartonnée, reliure toile.
CD : 32 minutes

Vendredi 29 Octobre 2010
Lu 2798 fois


Catalogue des films / Film Catalog

Editeur et distributeur de DVD indépendant, le Collectif 2004 Images est spécialisé dans la production documentaire haïtienne et présente des films d'auteurs inédits, qu'il diffuse auprès du grand public, des festivals de films et dans le réseau des médiathèques et universités. Il intègre également à son catalogue des oeuvres de réalisateurs étrangers, qui portent un regard singulier sur Haïti. Pour connaître les droits de diffusion et d'acquisition, n'hésitez pas à nous contacter info@collectif2004images.org


Independant film publisher and distributor, the Collectif 2004 Images, is specialized on Haitian documentary ; it's large catalog of films includes those made by Haitian authors as well as foreign filmakers baring a singular view on Haiti. Most of our films are available for the general consumer and institutions. Please, check with us for the rights info@collectif2004images.org



Claudia Brutus, plasticienne
L' "Ode à la Mémoire" de Ronald Mevs
Sébastien Jean
Eddy Saint-Martin, plasticien
Manuel Mathieu
20 artistes pour haïti
Chantal Regnault
Marie-Louise Fouchard
 	Le Collectif 2004 Images, présent à la 5ème Journée des associations franco-haïtiennes - le 28 juin 2008
Charles Carrié
Exposition: "Femmes en mythologie, mythologie de femmes" et portraits d'artistes
Seisme du 12 janvier 2010: Des oeuvres à partir des débris...
Recherche



Inscription à la newsletter

Les News


L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Partager ce site