Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
En Haïti

Haiti - République dominicaine/ Décapitation : Comme les complices silencieux Lettre ouverte aux présidents René Préval et Leonel Fernandez

par Raoul Peck

Il y a 70 ans, Jacques Roumain réagissait face au massacre de dizaine de milliers d'Haïtiens en République dominicaine, ce qui lui valu la prison. Aujourd'hui Raoul Peck, cinéaste et ancien ministre de la culture en Haïti, s'exprime dans une lettre ouverte aux chefs de gouvernements haïtien et dominicain, face à l'horreur perpétrée le 2 mai 2009 à l'encontre de Carlos Nerilus qui n'avait que 21 ans.



LE MONSTRE. À la fin, nous nous souviendrons non des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis. Martin Luther King Jr.


Carlos Nerilus, un ressortissant haïtien, vivant en République a été décapité à la hache le 2 mai dernier en pleine rue dans le quartier populaire de Herrera par un individu du nom de Rusbert de Leon Lara, en présence d'une foule, comprenant enfants et adolescents, venue assister au crime prémédité.
Cet acte qui se situe bien évidemment dans la continuité de tous les autres crimes restés sans sanctions légales et encore moins de sanction morale, démontre une fois de plus la détérioration des rapports humains en République Dominicaine, ainsi qu'entre les deux États.
Non, Monsieur le Président René Préval, ce crime n'est pas un « règlement de compte entre particuliers », ni une simple « affaire civile ».
Non, Monsieur Fernandez, ce crime n'est pas un « incident entre individus ».

Vous ne pouvez ignorer tous les deux la portée symbolique de cet acte public, « chaleureusement applaudi ».
Si l'un et l'autre vous refusez de reconnaître le monstre qui montre ses crocs, vous niez vous-mêmes aux deux pays que vous représentez au plus haut niveau, leur place et leur dignité.
L'un comme l'autre n'avez le droit de vous taire.
L'un comme l'autre vous ne pouvez passer aux affaires courantes, sans sanctionner cet événement d'un AUTRE acte symbolique fort. Des deux côtés de cette frontière douloureuse, les gens ne se sont pas trompés. Le silence des uns et la colère des autres en disent long. RIEN ne sera comme avant. Une étape mentale a été franchie. Cet acte n'est pas un aboutissement, c'est un ballon d'essai. Marquez cette date messieurs les Présidents.

Ni l'un ni l'autre n'avez le droit de trouver de circonstance atténuante à ce geste dont nous sommes tous collectivement responsables. C'est cette responsabilité collective que vous ne voulez pas endosser. Cette responsabilité d'homme tout court.
Les stratégies de consolidation de pouvoir, le clientélisme, la langue de bois électoraliste, l'insensibilité , voire le cynisme légaliste, sont inacceptables dans un tel contexte.
Dans 5 ans, 10 ans 50 ans, comme Trujillo, Balaguer, Duvalier, Cedras, Namphy et les autres avant vous, l'histoire se rappellera que vous vous êtes tus.
Comme les complices silencieux, les témoins aveugles, les opportunistes politiques qui jalonnent l'histoire de nos deux peuples, on se rappellera votre silence retentissant. On se rappellera surtout que ces gestes de barbarie sont restés SANS conséquences.
Ayons le courage politique d'aller au-delà des positions diplomatiques de circonstance !

La justice dominicaine devra bien sûr faire son travail, c'est la condition sine qua non même de toute discussion future.
La communauté haïtienne en République Dominicaine n'est pas seule ! Non seulement elle n'est pas seule, mais elle est nombreuse. Un jour, elle aussi demandera des comptes. Les petits Rusbert de Leon Lara n'y changeront rien. Je suis fier de mes compatriotes qui résistent à la bête immonde, travaillent, étudient, construisent en République Dominicaine, pour s'offrir une vie que leur propre pays ne pouvait leur offrir. Même si de manière perverse, ils sont parfois obligés de nier leur héritage encombrant.
Je suis avec vous tous de tout cœur. Nous avons une grande nation, une nation malade, mais une nation qui a payé très cher le prix de sa liberté, de sa culture, de son autonomie politique. Et cette nation c'est la nôtre, on n'en a pas de rechange. De même nous sommes des voisins condamnés à vivre ENSEMBLE et non l'un contre l'autre.
En République Dominicaine, pour un Haïtien, crimes à répétition, arrestations et rapatriements forcés sont monnaie courante. De janvier à avril 2009, au moins 17 cas de ressortissants haïtiens assassinés ont été répertoriés. Les pires dérives sont possibles. La barbarie, une fois tolérée, ne connaît pas de limite. C'est aussi parce que la République Dominicaine n'a jamais été mise au banc des nations pour les massacres de Trujillo, qu'aujourd'hui, certains exaltés se sentent légitimés pour commettre les pires excès.

Ceci est définitivement le signe de plus grandes dérives à venir.
Monsieur Fernandez, Monsieur Préval, agissez. Montrez de la grandeur. Trouvez, au moins sur ce point, votre place – votre bonne place - dans l'histoire de cette île ! Donnez l'exemple, soyez des hommes debout. Ne soyez pas avec les monstres.

Raoul Peck
Ancien Ministre de la Culture de la République d'Haïti

Port-au-Prince, 15 Mai 2009

Retour à la page précédente

Mardi 19 Mai 2009
Lu 1443 fois


Catalogue des films / Film Catalog

Editeur et distributeur de DVD indépendant, le Collectif 2004 Images est spécialisé dans la production documentaire haïtienne et présente des films d'auteurs inédits, qu'il diffuse auprès du grand public, des festivals de films et dans le réseau des médiathèques et universités. Il intègre également à son catalogue des oeuvres de réalisateurs étrangers, qui portent un regard singulier sur Haïti. Pour connaître les droits de diffusion et d'acquisition, n'hésitez pas à nous contacter info@collectif2004images.org


Independant film publisher and distributor, the Collectif 2004 Images, is specialized on Haitian documentary ; it's large catalog of films includes those made by Haitian authors as well as foreign filmakers baring a singular view on Haiti. Most of our films are available for the general consumer and institutions. Please, check with us for the rights info@collectif2004images.org



Claudia Brutus, plasticienne
L' "Ode à la Mémoire" de Ronald Mevs
Sébastien Jean
Eddy Saint-Martin, plasticien
Manuel Mathieu
20 artistes pour haïti
Chantal Regnault
Marie-Louise Fouchard
 	Le Collectif 2004 Images, présent à la 5ème Journée des associations franco-haïtiennes - le 28 juin 2008
Charles Carrié
Exposition: "Femmes en mythologie, mythologie de femmes" et portraits d'artistes
Seisme du 12 janvier 2010: Des oeuvres à partir des débris...
Recherche



Inscription à la newsletter



L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Partager ce site