Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
En Haïti

Actions et bilan partiel des passages des Ouragans et tempêtes tropicale Faye, Gustav, Hanna et Ike - 16 sept. 2008



Le Collectif relaye les informations reçues: de Monsieur Tisma Wilfrid - tel:0606884892
 
Bilan partiel des dégâts occasionnés par la saison cyclonique (Fay, Gustav, Hanna, Ike).


- Artibonite: 128 Morts, 5 Disparus, 62 Blessés 90,000 Familles Sinistrées, 120,000 Personnes hébergées, 3,300 Maisons Détruites,7,500 Maisons endommagées.

- Centre: 0 Morts 0 Disparus 0 Blessés 1,160 Familles Sinistrées 3,266 Personnes hébergées, 200 Maisons Détruites, 650 Maisons endommagées.

- Grande Anse: 6 Morts, 3 Disparus, 1 Blessés, 7,450 Familles Sinistrées, 532 Personnes hébergées, 615 Maisons Détruites, 1,704 Maisons endommagées.

Nippes: 17 Morts, 1 Disparu, 13 Blessés, 1,800 Familles Sinistrées, 832 Personnes hébergées, 176 Maisons Détruites, 1,221 Maisons endommagées

- Nord: 4 Morts, 2 Disparus, 2 Blessés, 3,500 Familles Sinistrées, 1,043 Personnes hébergées, 662 Maisons Détruites, 2,633 Maisons endommagées.

- Nord Est: 0 Morts, 0 Disparus, 0 Blessés, 350 Familles Sinistrées, 0 Personnes hébergées, 5 Maisons Détruites, 173 Maisons endommagées.

- Nord Ouest: 2 Morts, 0 Disparus, 3 Blessés, 3,400 Familles Sinistrées, 4,093 Personnes hébergées, 60 Maisons Détruites, 1,377 Maisons endommagées.

- Ouest: 104 Morts, 34 Disparus, 86 15,500 Familles Sinistrées, 7,853 Personnes hébergées, 1,869 Maisons Détruites, 4,500 Maisons endommagées.

- Sud: 31 Morts, 2 Disparus, 7 Blessés, 24,350 Familles Sinistrées, 11,109 Personnes hébergées, 1,685 Maisons Détruites, 8,792 Maisons endommagées.

- Sud Est: 34 Morts, 3 Disparus 12 Blessés, 22,500 Familles Sinistrées, 2,344 Personnes hébergées, 2,270 Maisons Détruites, 6,575 Maisons endommagées.

- TOTAL: 326 Morts, 50 Disparus, 186 Blessés, 170,010 Familles Sinistrées, 151,072 Personnes hébergées, 10,842 Maisons Détruites, 35,125 Maisons endommagées.

Lundi 15 septembre 2008 Signal FM

Le MENFP appelle au respect de la date fixée pour la rentrée des classes.

 
Le Ministère de l’Education Nationale et de Formation Professionnelle attire l’attention des établissements récalcitrants sur la nécessité de respecter la date du 6 Octobre fixée pour la rentrée des classes, en leur rappelant l’obligation morale d’accompagner les victimes des récents cyclones.

« Une situation aussi éprouvante exige, en effet, un mouvement de solidarité en vue de préparer ensemble la rentrée scolaire dans des conditions psychologiques et de sécurité propices à l’apprentissage », indique un communiqué du MENFP. « Une commission chargée de préparer un état des lieux exhaustifs des écoles affectées, proposer un plan d’intervention d’urgence, et élaborer un nouveau calendrier scolaire permettant de couvrir les programmes d’études et de faciliter le processus d’enseignement apprentissage pour la nouvelle année scolaire » a été crée, annonce le Ministère de l’Education.

Suite aux ravages des ouragans Fay, Gustav, Hannah et Ike sur Haïti, le Ministère de l’Education Nationale et de Formation Professionnelle a décidé de reporter la rentrée, prévue au préalable le 1er Septembre, au 6 Octobre. Une décision saluée par les syndicats de professeurs tels UNNOH, CNEH, ainsi que les parents. Malgré certaines écoles, congréganistes notamment, ont choisi d’ouvrir leurs portes.

Dimanche 14 septembre 2008 Signal FM

 Gonaïves : femmes et enfants parmi les plus vulnérables

Le Nouvelliste

Parmi les victimes des récents ouragans qui ont balayé le département de l'Artibonite, entre le 2 et le 7 septembre, les femmes et les enfants représentent non seulement une frange assez importante, mais figurent également parmi les plus fragiles, à coté des personnes âgées. Pour les protéger des divers maux auxquels ils se trouvent exposés, nombre d'actions sont entreprises spécifiquement en leur faveur.

Dans les locaux de l'ONG CARE, situé dans le quartier de Gattereau aux Gonaïves, beaucoup de sinistrés attendent la décrue des eaux pour pouvoir regagner leur logis. Cet abri provisoire est le plus grand de cette ville dévastée par les ouragans Hanna et Ike. Il comprend près de 4000 sinistrés. Et ce qui frappe tout visiteur, c'est le nombre important d'enfants qui y errent, visiblement laissés à eux.

«L'eau avait complètement envahi notre maison. Mon père nous a fait grimper, ma soeur et moi, sur le toit de la maison. Nous y avons passé trois jours sans manger », explique Sosthène Thélusmé, un jeune garçon de 10 ans, qui habitait la rue Clerveaux.

« Nous passons toute la journée à chercher quelque chose à manger, pour nous et pour ma mère qui est malade », poursuit-il.

L'eau, dans sa furie destructrice, n'a en effet épargné ni les femmes ni les enfants. Selon l'UNICEF, quelque 300.000 enfants sont présentement vulnérables aux maladies et aux violences.

« J'accueille environ 72 personnes dans ma maison de quatre pièces qui est encore inachevée. Parmi eux, il y a 20 enfants et deux bébés, âgés respectivement de deux mois et 15 jours », explique Aude Sassufie, qui a ajouté : «nous n'avons reçu jusqu'à présent aucune aide. C'est vraiment dur. Au départ, on donnait aux enfants de la dentifrice et du sel pour combattre la faim ».

La situation des femmes n'est guère meilleure. «Il s'agit d'une situation particulièrement difficile. Les femmes se sont déplacées à pied, dans des eaux insalubres, pendant plusieurs heures et sont maintenant sujettes à des infections vaginales », a expliqué un responsable de l'OPS/OMS qui travaille dans un centre de soins aux Gonaïves.

En outre, se pose la difficulté pour les femmes enceintes d'avoir accès aux soins de santé. En raison de la montée des eaux et des routes endommagées, les déplacements deviennent quasiment impossibles. Et pour cause, les matrones ne peuvent pas se rendre au domicile des femmes sur le point d'accoucher ni les assister dans les maternités.

Le directeur départemental de la santé, Dr Carl Murat Cantave, relève que « dans ces conditions difficiles, beaucoup d'accouchements sont enregistrés ». Selon l'ONG Médecins sans Frontières (MSF), une cinquantaine d'accouchements ont été réalisés dans les centres de soins d'urgence depuis le début de la crise. Et plusieurs autres sont attendus.

Hormis ces problèmes de santé, un autre danger menace les femmes. Dans cette situation de désorganisation, où la population est tendue et sur les nerfs, les femmes risquent d'être victimes de violences corporelles ou sexuelles.

 

En effet, comme le souligne le chargé de Programme de préparation aux urgences et désastres de l'OPS/OMS, Dr Olivier KLEITZ, les femmes sont victimes de violence corporelle et sexuelle «On nous rapporte que les femmes sont plus souvent battues qu'à l'ordinaire, particulièrement dans leur foyer. On nous signale également quelques cas de violences sexuelles dans les abris», a-t-il indiqué.

Face à l'urgence, les organisations humanitaires ont décidé de multiplier les actions en faveur des groupes les plus vulnérables. Ainsi, quatre centres de soins d'urgence ont été créés à l'hôpital de Raboteau, à Ebenezer situé à la sortie Nord de la ville des Gonaïves, dans les locaux de CARE et à la direction départementale de l'Education nationale. Environ 1000 personnes, dont une majorité de femmes et d'enfants, bénéficient quotidiennement de consultation.

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) a ainsi installé 28 blocs sanitaires dans des abris provisoires à Cité Soleil et aux Gonaïves. En partenariat avec le Ministère à la Condition Féminine et celui de l'Education Nationale, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et la MINUSTAH, le FNUAP a également procédé à la distribution de 1500 kits d'hygiène aux femmes sinistrées de l'Artibonite, du Plateau Central et de l'Ouest.

Les femmes enceintes ne sont pas non plus oubliées. Cette agence appuie l'association des sages-femmes de l'Artibonite en fournissant des kits d'accouchement. De plus, elle a mis à la disposition du personnel médical des Gonaïves des kits « en santé de la reproduction ». Elle est également en train de recruter du personnel qualifié supplémentaire pour assurer les accouchements.

« Des kits d'accouchement à l'intention de 180 femmes enceintes seront acheminés aux Gonaïves dans les jours qui viennent », a aussi promis la Représentante du FNUAP, Tania Patriota. Par ailleurs, des distributions de vivres et autres produits sont organisées durant la nuit et très tôt le matin en vue de favoriser les groupes sensibles.

« Nous avons remarqué que lors des distributions dans la journée, les plus faibles, c'est-à-dire les femmes, les enfants et les personnes âgées ne parviennent pas à recevoir de la nourriture et de l'eau. C'est pourquoi nous organisons aussi des distributions pendant la nuit », explique un responsable du PAM, Widline Chérichel.

La méthode consiste à identifier un leader de communauté, le plus souvent une femme, et à lui remettre, durant la nuit, un stock important de vivres. Cette personne aura à charge de redistribuer cette aide aux autres femmes de la communauté.

En plus, depuis le 11 septembre, des distributions de vivres (riz, haricot, huile) et de produits non alimentaires sont organisées en faveur des groupes spécifiques. Ainsi, dans le centre d'accueil de Praville, une distribution à l'intention des femmes uniquement a été organisée, une opération ayant bénéficié de l'appui sécuritaire et logistique de la MINUSTAH.

« C'est une bonne initiative. Cela permet à toutes d'être servies. Entre nous femmes, on se comprend et les choses se passent bien. Les militaires sont là pour dissuader ceux qui veulent faire du désordre », se félicite une bénéficiaire, arrivée quatre heures plus tôt dans un des Centres de distribution de la ville.

 
Gonaïves ou l'expression de la solidarité collective / « TÉLÉTHON AIDE POUR HAÏTI ! » : Environ 12 millions de gourdes déjà collectées

 Le Parc historique de la Canne à sucre a été le théâtre, ce dimanche, du « Téléthon aide pour Haïti », lancé par des organisations de la société civile, en faveur des victimes des ouragans qui ont ravagé le pays, notamment Hanna et Ike. Au programme, de la musique, des messages pour inciter les gens à participer. Les principaux initiateurs, dont Réginald Boulos de la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti (CCIH), Marcus Garcia de l’Association nationale des médias indépendants haïtiens (Amih) et Jacques Sampeur de l’Association nationale des médias haïtiens (ANMH), en ont profité pour lancer, une fois encore, un appel à la solidarité.
De nombreuses personnalités, tant du monde politique qu’artistique, ont tenu à marquer leur solidarité par leur présence. Le président de la République, René Préval, a fait un bref passage tôt le matin. La Première ministre Michelle D. Pierre-Louis, Evans Lescouflair, ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique, le sénateur Youri Latortue, l’ambassadeur américain en Haïti, Janet Ann Sanderson, le chef civil de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), Heidi Hannabi, les artistes Michel Martely, Kako, Wyclef Jean ont, parmi d’autres, apporté leur contribution.
Au cours de la journée, près de 12 millions de gourdes ont été collectées, sans compter les dons en nature qui ont rempli plusieurs camions. La mobilisation doit durer une semaine. Le Dr Réginald Boulos a remercié tous ceux qui ont, d’une manière ou d’une autre, contribué à la réussite de l’initiative. « C’est un effort considérable qui a été consenti aujourd’hui, mais c’est un début. Les compagnies qui nous accompagnent ont fait part de leur volonté de continuer avec nous. Ce n’est pas la quantité qui est importante, mais l’effort », a-t-il souligné, encourageant les Haïtiens à continuer à manifester leur solidarité.
Les membres de l’association Scouts d’Haïti ont été très actifs dans le déroulement du téléthon. Ils transportaient les sacs contenant les dons en nature dans des camions préposés à cet effet. D’autres stands recevaient les dons en espèces, des chèques ou des virements par carte bancaire. Les donateurs pouvaient également contribuer par SMS à travers les compagnies de téléphonie mobile, Voila et Digicel. Les Haïtiens de la diaspora ont également participé à travers des transferts de fonds. Des points de collecte sont disponibles à travers la région métropolitaine, même après le marathon, a-t-on appris. Un site Internet, www.agerca.org. ht, est mis à la disposition des internautes pour de plus amples informations.
L’objectif des organisateurs était de recueillir 100 millions de gourdes et 100 mille appels à travers les compagnies de téléphonie mobile du pays. « L’essentiel est de participer, vous pouvez donner cinq gourdes, cela aidera des compatriotes », ont exhorté les animateurs. Sous les tentes de l’Alliance pour la gestion des risques et la continuité des activités (Agerca), on pouvait lire : « Danje a pou nou tout ! [Nous sommes tous exposés !] »

Un élan de solidarité

La Première ministre, Michèle D. Pierre-Louis, a remercié les initiateurs du mouvement et les donateurs. « Ce acte est extrêmement important pour le pays. Une dizaine de jours après le passage des cyclones, il n’est pas acceptable que des gens vivent dans des conditions pareilles », a-t-elle déclaré, rappelant les grandes lignes de l’action de son gouvernement pour venir en aide aux plus démunis. Selon la Première ministre, pour le moment, deux urgences s’imposent : apporter de l’aide aux personnes qui sont dans les situations précaires car « il y a des localités qui sont complètement coupées du monde » ; la réhabilitation et la reconstruction des endroits les plus touchés
Himmler Rébu, responsable du Grand rassemblement pour l’évolution d’Haïti (Greh), a attiré l’attention sur l’importance d’une telle initiative. « Au sein de notre parti, nous avons réalisé une cotisation entre nous et nous avons pris la décision d’envoyer une délégation avec l’aide que nous avons recueillie », a-t-il expliqué, estimant que c’est un devoir lié à la situation présente et que c’est une participation citoyenne. Il a ajouté que dans la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays, les moyens économiques ne seront pas suffisants « mais aujourd’hui, c’est un pas important ».
La star Wyclef Jean a attiré l’attention sur la nécessité de donner à manger à la population des régions sinistrées. « Il y a des gens qui ont passé plus de douze jours sans nourriture. Je vais envoyer une équipe de Yélé-Haïti pour essayer d’aider les gens », a-t-il promis, saluant au passage cette chaîne de solidarité liant plusieurs secteurs du pays. Le sénateur Youri Latortue a, quant à lui, décrit la situation difficile des gens de Gonaïves où « l’eau n’a pas encore totalement baissé ». Le sénateur a exhorté le gouvernement à agir au plus vite.
D’autres personnes, des anonymes, ont également apporté leur contribution. Un groupe de jeunes dans la région de Carrefour a salué l’initiative. « Nous avons effectué une cotisation dans notre localité et nous sommes venus apporter le peu que nous avons recueilli en signe de solidarité. Nous ne pouvons donner plus, mais, sincèrement, nous sommes vraiment contents d’avoir participé, car les victimes sont nos frères haïtiens », a souligné Wilguens Jean-Baptiste.
Un autre homme, accompagné de sa fillette, un sac rempli de produits, a estimé, pour sa part, que c’est une très bonne idée. « Je suis parti de chez moi avec mon enfant et je suis très fier de pouvoir donner ma contribution aux victimes. Toute ma famille a contribué », a-t-il informé, indiquant que « c’est un devoir pour tous les Haïtiens d’aider leurs frères qui sont dans le dénuement. On peut contribuer à partir de cinq gourdes », a-t-il rappelé.
Philogène Pierre, un autre donateur, a, pour sa part, félicité les responsables de cette initiative « même si celle-ci a été prise assez tard ». « Je n’aurais pas aimé qu’elle reste dans le cadre d’un palliatif. Mais que ces élans de solidarité s’inscrivent dans le long terme. Ainsi, nous devons continuer avec cette chaîne de solidarité, au-delà des clivages politiques ou sociaux pour œuvrer à l’avancement du pays », a-t-il poursuivi.
En fin de journée, le public a été régalé d’une partie artistique. Plusieurs artistes ont improvisé des hymnes à la solidarité, à l’union, déclenchant les applaudissements du public, alors que les dons continuaient toujours d’affluer.

Par Jean Panel Fanfan
lundi 15 septembre 2008

 

Haïti : la société civile et le secteur privé se mobilisent  en faveur des victimes des derniers cyclones

Par Jean Monard Metellus InfoHaiti.net -- Une pléiade de personnalités de différents secteurs d’activités socioprofessionnell es ont défilé dans les studios de Caraïbes F.M ce samedi à l’émission Ranmase pour apporter leur soutien au mouvement de solidarité en faveur des centaines de milliers de victimes des derniers ouragans et tempêtes tropicales qui ont frappé le pays ces 4 dernières semaines. Le Dr Reginald Boulos, entrepreneur et concessionnaire automobile, Jean Robert Argant, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti, Mathias Pierre, trésorier assistant de la HAMCHAM, Jacques Sampeur, président de l’Association Nationale des Médias Haïtiens, le député Denis St Fort (Chansolme/Bassin Bleu), Mme Yannick Mézile de la Fédération des petites et moyennes entreprises ainsi que plusieurs représentants d’asso-ciations d’étudiants, de marchands et d’enseignants étaient tous en direct à l’émission pour sensibiliser la population sur l’urgente nécessité d’apporter leur quote-part, aussi minime qu’elle soit, au Téléthon de ce dimanche au parc historique de la Canne à Sucre et ainsi aider la population sinistrée à faire face au drame. Trois anciens candidats à la présidence : Charles Henri Baker (Konba), Evans Paul (Alyans) et Himmler Rébu (GREH), la secrétaire générale du RDNP, Mme Mirlande Manigat et l’ancien sénateur, Mme Evelyne Chéron étaient aussi au téléphone pour la même cause.

Reginald Boulos en a profité pour remercier les institutions et organisations partenaires comme Voilà, la Digicel, Cam Transfert, Unitransfer, Food For The Poor, AGERCA, Valerio Canez, ANMH, AMIH etc. qui ont répondu de manière spontanée à l’appel qui leur a été lancé pour participer à ce mouvement qui vise à venir en aide aux sinistrés des différents départements du pays touchés par la catastrophe. M. Boulos a indiqué les conditions de participation du public au Téléthon et précisé aussi les modes d’opération du système mis en place par les compagnies de téléphonies cellulaires pour permettre au public de faire parvenir leur contribution au comité organisateur de l’événement.

Jean Robert Argant qui s’est appuyé sur des données chiffrées fournies par la Protection civile et des responsables locaux a évalué à plusieurs centaines de millions de gourdes les pertes enregistrées à travers le pays et fait des projections de rentrées du même ordre pour le Téléthon. Mme Mirlande Hyppolite Manigat qui était en direct de Cabaret, autre ville meurtrie avec près d’une centaine de cadavres a expliqué pour l’auditoire qu’elle était venue avec une équipe du RDNP en vue de distribuer des kits alimentaires à la population victime en même temps qu’elle a encouragé l’initiative du secteur des affaires et de la Société civile. Charles Henri Baker a lui aussi salué cet élan de solidarité qui a traversé des compatriotes de l’intérieur et de l’extérieur alors que l’Ingénieur Mathias Pierre a dit espérer que les haïtiens pourront profiter du malheur dans lequel ils sont plongés pour s’organiser et construire une vraie chaîne de solidarité qui pourra nous conduire vers la reconstruction du pays. Evans Paul et Himmler Rébu en ont profité pour inviter les membres et sympathisants de leur formation politique à s’associer pleinement à ce mouvement pour apporter leur grain de sable dans l’édifice de reconstruction du pays. Denis St Fort a lui-même apporté un récit poignant du calvaire des haïtiens dans sa circonscription : pas de route, pas d’eau potable et le galon de gazoline se vend jusqu’à 600 gourdes. « Nos frères des zones éloignées se meurent et il est plus qu’urgent de leur apporter le réconfort moral et matériel dont ils ont besoin pour subsister », a conclu le parlementaire.

Retour à la page précédente

Mardi 16 Septembre 2008
Lu 520 fois


Catalogue des films / Film Catalog

Editeur et distributeur de DVD indépendant, le Collectif 2004 Images est spécialisé dans la production documentaire haïtienne et présente des films d'auteurs inédits, qu'il diffuse auprès du grand public, des festivals de films et dans le réseau des médiathèques et universités. Il intègre également à son catalogue des oeuvres de réalisateurs étrangers, qui portent un regard singulier sur Haïti. Pour connaître les droits de diffusion et d'acquisition, n'hésitez pas à nous contacter info@collectif2004images.org


Independant film publisher and distributor, the Collectif 2004 Images, is specialized on Haitian documentary ; it's large catalog of films includes those made by Haitian authors as well as foreign filmakers baring a singular view on Haiti. Most of our films are available for the general consumer and institutions. Please, check with us for the rights info@collectif2004images.org



Claudia Brutus, plasticienne
L' "Ode à la Mémoire" de Ronald Mevs
Sébastien Jean
Eddy Saint-Martin, plasticien
Manuel Mathieu
20 artistes pour haïti
Chantal Regnault
Marie-Louise Fouchard
 	Le Collectif 2004 Images, présent à la 5ème Journée des associations franco-haïtiennes - le 28 juin 2008
Charles Carrié
Exposition: "Femmes en mythologie, mythologie de femmes" et portraits d'artistes
Seisme du 12 janvier 2010: Des oeuvres à partir des débris...
Recherche



Inscription à la newsletter

Les News


L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Partager ce site